Quelle préparation à l’accouchement choisir ?

Quelle préparation à l’accouchement allez-vous choisir ?

Heureusement, nous n’arrivons pas à l’accouchement sans préparation. Il se prépare et il existe plusieurs façon de le préparer. Vous avez droit à 8 séances de préparation remboursées par la sécurité sociale.

Savez-vous la ou lesquelles vous allez choisir ?

Je vais vous aider à y voir plus clair et à bien choisir pour arriver aussi détendue que cette femme enceinte 😉 (en dessous)

quelle préparation choisir ?

La « classique »

C’est la plus théorique, mais qui peut rassurer beaucoup de futures mamans. Le papa pourra participer à certaines séances surtout celles qui concernent l’accouchement à proprement parlé. Vous parlerez anatomie, respiration, les différentes positions pour accoucher . En gros, vous parlerez grossesse, allaitement et accouchement !

 

En piscine

On sait toutes que l’eau a nombreux bienfaits; elle détend, muscle en douceur, soulage le dos et le corps tout entier.  Vous pouvez la pratiquer dès le début de la grossesse car elle ne comporte aucun risque pour votre bout de chou et permet de faire du sport en douceur.

 

Haptonomie

Elle permet au papa de rentrer en contact avec le bébé grâce au toucher. Comme il ne le porte pas, c’est plus facile pour lui de réaliser qu’il y a vraiment une vie dans le ventre de sa femme.

Le lien est noué grâce à des caresses, des petites pressions sur le ventre. Bébé devrait rapidement venir au contact des mains, se blottir contre elles. Cette préparation sera utile pour le papa pour le jour J pour épauler la maman.

 

haptonomie

 

Le chant prénatal

Grâce au chant prénatal, tu apprendre à maîtriser ton souffle, travaille le périnée et les abdominaux tout en t’amusant. C’est une vraie préparation à l’accouchement. Vous êtes en communion avec bébé. Le son de votre voix va créer un lien avec votre loulou. A commencer dès le 1 er trimestre si vous le souhaitez.

le chant prénatal

L’acupuncture

Les bienfaits sont multiples. Elle peut aider à retourner votre bébé qui est en positon de siège par exemple. C’est très efficace pour préparer l’accouchement surtout si vous ne souhaitez pas de péridurale, car c’est un anti douleur naturel. Les aiguilles agissent sur le périnée et le col de l’utérus en les assouplissant. Vous pouvez commencer vers le 7 ème mois.

Le yoga prénatal

Il permet de maintenir une activité physique douce. Le yoga permet de te renforcer physiquement et mentalement. Il aide à maîtriser le stress le jour J. C’est une activité à pratiquer avec plusieurs futures mamans donc c’est également un moment sympathique à partager avec d’autres personnes qui se posent peut être les mêmes questions.

pregnancy-2221950_960_720

L’hypnose

Elle permet également de préparer l’accouchement et d’apprendre à gérer la douleur ou de diminuer la peur et l’appréhension.

Le but est souvent de pouvoir se mettre en situation d’auto-hypnose le jour J . Je vous la conseille si vous avez peur des aiguilles ou si vous ne souhaitez pas de péridurale.

Comme vous allez apprendre à gérer la douleur, vous pourrez accoucher naturellement. LEs séance sont souvent enregistrées et vous pouvez les réécouter plusieurs fois chez vous pour continuer seule la préparation et ainsi arriver à vous mettre en auto-hypnose le jour J.

Vosu arriverez à revenir dans un état serein toute seule.

La sophrologie

Elle vous apprend à vous détendre et à vous relaxer. Votre sophrologue vous apprend à prendre conscience de votre corps afin de le maîtriser pendant l’accouchement. Vous allez savoir respirer  et apprendre à gérer la douleur des contractions.

sophrologie, yoga

 

Peut être que votre sage femme est formée à plusieurs méthodes de préparation à l’accouchement. Sinon certains cabinets qui regroupent plusieurs sages-femmes peuvent vous proposer plusieurs choix.

Demander à votre gynécologue également si une méthode vous tente, il sera sans doute vous conseiller.

C’est intéressant de pouvoir essayer plusieurs choses, mais pour la première grossesse, faîtes le maximum de séances classiques pour bien voir tous les aspects de l’accouchement et de l’après accouchement.

Laquelle vous tente le plus ? En avez-vous essayé lors d’une grossesse précédente et que vous a-t-elle appris ?

Je vous souhaite un bon week-end,

je vous embrasse,

Mlle B

Angoisse de se séparer de ses parents, première grande étape !

Comment gérer l’angoisse de la séparation ?

Généralement, cette période de l’angoisse de la séparation intervient entre 6 et 9 mois. Comment se manifeste-t-elle ? Votre loulou va se mettre à pleurer dès que vous le posez ou dès que quittez la pièce. Ce n’est pas un caprice, c’est un moment vraiment difficile pour lui.

Il va être collé à vous. Rassurez vous, c’est une période normale. C’est même bon signe car il s’affirme en tant que « je » et distingue bien les personnes qu’il connaît des autres.

L’avantage pendant cette période est que vous avez un alibi tout fait quand vous ne voulez pas le donner à quelqu’un 😉 (je sais, je suis vilaine)

La règle dans cette situation, on câline et on rassure. Il y a plus dur à faire, non ? On aime ça câliner notre bout de chou, yeeeaaahhhh !

angoisse de la séparation

Et surtout je vous conseille de prendre votre enfant pour un bébé en ne le prévenant pas de vos absences. Je le considère comme un adulte et je lui dis ce que je vais faire et que je reviens après. Cela aura 2 impacts positifs, vous le rassurez et vous développez son vocabulaire pour plus tard.

On ne part surtout pas discrètement pour éviter les pleurs, vous ne feriez que renforcer ce sentiment d’abandon. (Je sais on est tous tenté de faire ça quand on est pressé).

Autre idée, jouez avec votre loulou en mettant en scène votre séparation. On peut jouer à un vrai cache cache, à caché/ coucou avec les mains, à cacher son doudou derrière une porte et il réapparaît. Toutes ces petites mises en scènes le feront rire et lui permettront de lui apprendre que ce n’est pas parce qu’on ne voit plus une personne, qu’elle ne reviendra plus.

Malin le lynx ! Vous jouez et vous apprenez ! Cette règle vaut pour tout enseignement avec les enfants.

angoisse de la séparation

Enfin, je vous conseille de lui apprendre à avoir confiance en lui. Ne le gardez pas toujours dans les bras. Posez le avec des jouets à côté de vous. Il vous voit mais il vit sa petite vie de bébé et c’est pas mal aussi.

Bien sûr, si il a besoin d’être pris dans les bras et d’avoir un câlin, on fonce !

Si vous commencez une adaptation à la crèche ou chez la nounou pendant cette phase, ne stressez pas. Chaque enfant est différent et réagira à sa manière.

N’oubliez pas que vous avez affaire à des professionnels et qu’elles sauront vous conseiller le mieux possible pour votre loulou afin que l’adaptation se déroule le mieux possible.

Peut être qu’elle sera un peu plus longue, mais le plus important c’est le bonheur de votre enfant.

Si votre enfant pleure quand vous venez le chercher (juste à ce moment là) ne lui en voulez pas. Les enfants font souvent ceci avec leur figure d’attachement.

Traduction ; c’est rassurant cela signifie qu’il tient à vous et qu’il vous fait assez confiance pour pouvoir tout relâcher nerveusement.

L’angoisse de la séparation c’est la première étape à laquelle vous allez avoir à faire face.

family-2972208_960_720

 

Avez-vous déjà vécu l’angoisse de la séparation ? Cela a-t-il duré longtemps ?

Comment l’avez-vous vécu ?

Je vous souhaite un bon week-end,

je vous embrasse,

Mlle B